[]
loader

Mes actus' montagnes

Vous tenir au courant des conditions!

Enchaînement 3 cols Verte, Droites, Cristaux

mardi 4 avril 2017, par Steph

lundi 3 avril

Après une courte nuit, rythmée par les ronflements au refuge d’Argentière, nous mettons les peaux pour la première fois de la journée qui s’annonce longue...
L’idée est d’enchaîner les 3 cols.
Pas la classique ( mais néanmoins magnifique ) traversée qui nous emmène vers le Tour via le col du Chardonnay et ses voisins... non, un enchaînement de 3 cols en face nord du bassin : le Mythique col de la Verte, immense rideau de quasi 1000 mètres à 50°, et également le col des Droites, bien moins mythique hormis pour ses séracs menaçants ! et enfin le classique col des Cristaux... tout au fond !

Nous avons droit à un magnifique lever de soleil alors que l’on remonte la pente interminable du col de la Verte, première étape de ce périple...
L’ambiance est hallucinante avec des perspectives et des lignes de fuite à couper le souffle. La première bonne surprise est que les conditions de neige ont l’air bonnes voir même excellentes par endroit. On se méfie tout de même de quelques accumulations et de quelques plaques peu épaisses qui se détachent sur un fond dur dans la partie haute. Rien de bien méchant mais juste de quoi prendre les skis et nous faire faire la plus belle et sans doute la dernière glissade de notre vie !
On sait que la glace est également présente et qu’il faut être vigilant, mais la neige qui a collé nous permet de rester un peu prêt en surface ...
Un petit passage un peu goulotté pour rejoindre la rimaye nous oblige quelques mêtres en dérapage, mais une fois arrivés sur le glacier d’Argentière, on arbore un large sourire...

Tof, qui a déjà bien donné et qui veut en garder pour la suite de la semaine ( il bosse jamais le bougre ! ) se dirige directement vers le col des Cristaux et décide de faire l’impasse sur le deuxième objectif de la journée le col des Droites. Malheureusement en s’approchant de la rimaye, une belle coulée de neige humide réchauffée par le soleil qui tape la partie droite de la pente, l’oblige à déguerpir en vitesse...

C’est donc avec Yannick que l’on remet les peaux pour la suite...
Le col des Droites est moins esthétique que celui de la Verte mais c’est également une pente bien raide et soutenue qui avoisine les 50 degrés fréquemment. L’ambiance est austère et les énormes séracs qui barrent l’accès à proprement parlé au col, nous hantent tout au long de la montée...plus on se rapproche et plus ils semblent énormes et menaçants...
Ici aussi les conditions sont excellentes, encore meilleures même ! ce qui nous oblige à brasser pas mal de neige à la montée... la fatigue commence à se faire sentir. il faudra garder de la lucidité pour la descente car là aussi l’erreur n’est pas à envisager...

La montre tourne, trop vite, c’est toujours comme ça en montagne !

Yannick qui doit être au boulot à 17h à Genève est contraint de "lâcher l’affaire", je sens et comprends sa déception... je lui laisse les clefs de la bagnole, je me débrouillerai pour rentrer...

Je me remets en mode montée pour la dernière cette fois !
Direction le col des Cristaux. Cette ultime face est moins raide et un peu plus courte que les autres mais elle est quasiment tout au fond du bassin ! je me traîne lamentablement sur le plat en essayant de positiver et de me dire que j’ai vraiment de la chance d’être là. Je repense à des galères, à des moments pourris, aux encouragements que je gueule à Louise et Yann quand ils ont une course de ski de fond :
- "allez, on y croit, on lâche rien !!!!!"... j’essaie de m’appliquer les mêmes préceptes ! , c’est dur. Je sais que même si je suis cuit et que "je ne me vois plus le bout des doigts", ça devrait le faire... c’est pas non plus comme si j’avais fait 5000m mais avec l’altitude, la trace à faire et la tension des descentes, la fatigue est accrue.
Cette fois, la face a déjà été skiée et il y a des traces, mais au moins à la montée ça sera moins pire... Malheureusement, les marches sont recouvertes la plupart du temps... je dois déjà être à 2500m de déniv, j’ai l’impression que je recule tellement j’avance pas.
La neige est très bonne sur une bonne moitié supérieure mais dans le bas elle a déjà bougée avec le soleil... pas grave ! Je passe la rimaye, heureux et exténué...
Plus qu’a se laisser glisser jusqu’à Argentière.

Pour finir en beauté la journée, je tombe sur le Jack devant l’Ensa qui me ramène jusqu’aux Houches où Yannick a laissé mon camion. Le bonheur ! je ne me voyais pas le courage de marcher 100m de plus...

Merci les potes pour cette journée bien remplie !

Album photos